SPORT & FONCTION CÉRÉBRALE

Article 5-min

Il est révolu le temps où l’on pensait que le sport était seulement lié aux bienfaits physiques et physiologiques sur le corps humain.

Le cerveau, organe essentiel à la régulation de toutes les fonctions vitales, peut lui aussi être impacté par de l’exercice physique. Cet impact positif, serait à la fois structurel et fonctionnel.

Nous allons commencer par observer les transformations structurelles du cerveau, notamment celles sur les deux substances qui le composent.

  • La matière blanche qui comprend tous les « câbles » de communication qui relient les neurones d’une partie du cerveau à une autre.
  • La matière grise, qui elle, est composée des neurones.

Il se trouve qu’à la suite d’une activité physique régulière, le volume de ces deux substances est augmenté [1].

Par conséquent, les fonctionnalités de notre cerveau vont en être logiquement impactées.

Par exemple, l’hippocampe, zone du cerveau spécialisée dans la mémoire et dans les souvenirs, va, comme on vient de le voir, connaître une augmentation de matière grise. La mémorisation et les souvenirs vont alors être optimisés.

De plus, le sport permet de diminuer le risque de déficience cognitive mais aussi d’être atteint de maladies neurodégénératives telles que la maladie d’Alzheimer et la maladie de Parkinson [2][3].

Alors n’attendez plus !

[1] AG. Thomas et al. “The effects of aerobic activity on brain structure”. Front. Psychol. March 2012.

[2] KI. Erickson. “Physical activity, cognition and brain outcomes: a review of the 2018 physical activity guidelines”. Med Sci Sports Exerc. 2019 June;51(6):1242–1251.

[3] M. Audiffren et al. « Effets positifs de l’exercice physique chronique sur les fonctions cognitives des seniors : bilan et perspectives ». Revue neuropsychologie. Avril 2011;Vol 3:207 – 225.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur pinterest
Pinterest